Le CICS rassemble tous les industriels de cette filière d’excellence (21 milliards d’euros et 125 000 emplois) pour faire face aux défis croissants de la sécurité, peser dans le débat institutionnel et agir concrètement et de façon coordonnée sur les volets innovation, investissement, législation et réglementation, normalisation, export et Europe, avec ses partenaires publics et privés.

Pour faire face aux enjeux croissants de la sécurité la filière industrielle de sécurité s’est mise en place en 2013. Autour du Premier Ministre, son comité (CoFIS) fédère l’ensemble des acteurs, étatiques, industriels, utilisateurs publics et privés, académiques pour mieux répondre aux
besoins et accroitre les performances de l’industrie au travers d’un dialogue rénové.

Instance représentative des industriels au sein du CoFIS, le conseil des industries de la confiance et de la sécurité (CICS) rassemble toute la communauté industrielle pour porter la voix des entreprises.

Le CICS se mobilise pour concrétiser les objectifs formulés par le comité de filière et pour affirmer et exprimer la vision et les positions de l’industrie de sécurité qu’il fédère à travers les organisations professionnelles membres (FIEEC, FFMI, GICAT, GICAN, GIFAS, USP Technologies,
AN2V).

Interlocuteur naturel et légitime de l’Etat, le CICS identifie les intérêts communs de l’industrie afin de déployer une ambition collective. Les grandes priorités du CICS sont la promotion des investissements dans les technologies de sécurité, la structuration et le renforcement des
instruments de la filière, le soutien à l’exportation et enfin la politique industrielle, incluant naturellement les questions de souveraineté, de technologies critiques et l’Europe.
Le CICS souhaite que l’Etat monte ses acquisitions à un milliard d’euros par an et que un milliard d’euros soit consacré à l’innovation sur trois ans. Plus généralement, le CICS compte souligner le bilan économique positif des investissements publiques et privés de sécurité,
mesurer l’accroissement de productivité des acteurs de sécurité permis par les technologies, travailler sur les questions éthiques et juridiques qui encadrent leur emploi.
Le CICS souhaite que, comme en Grande Bretagne, le CoFIS se dote d’une véritable organisation permanente permettant une montée en puissance de ses actions. Il milite également pour que les parlementaires créent une instance spécifique pour traiter des questions transverses de sécurité.
A l’initiative du CICS une politique industrielle claire et partagée est mise en place et permet d’aligner l’ensemble des acteurs sur des objectifs stratégiques. Dans ce cadre, plusieurs ambitions
clés à dix ans donneront lieu à des plans d’action spécifiques. C’est le cas pour la sécurité de la ville intelligente qui offre des perspectives majeures et un grand potentiel pour fédérer des technologies (big data, analytics, communications, objets connectés, réseaux sociaux, etc.)
dans un cadre d’emploi commun. L’émergence d’une politique industrielle européenne est une
autre ambition clé mise en avant.

Pour mener à bien ce travail d’initiatives et d’influence, le CICS s’appuie d’une part sur les travaux de ses membres et les valorise, et d’autre part s’affirme comme instance de partage d’information, de réflexion collective et d’élaboration de positions sur les questions transverses.
Ce travail collectif porte ses fruits, avec des premiers succès : lancement d’une action européenne sur la souveraineté du numérique, mise en avant de la sécurité comme thème clé dans les travaux du ministère de l’économie, dans le programme d’investissement d’avenir, appel à
projet PIAVE sur la sécurité, identification des technologies critiques.
Ces premiers succès encouragent le CICS à se montrer encore plus actif et ambitieux, au service de ses adhérents et des entreprises de la filière qu’il invite à s’investir et contribuer à la montée en puissance nécessaire du CICS et de la filière. Il entend renforcer la filière qui jouit de la bonne dynamique de son marché, dopé par les enjeux de cybersécurité, de mobilité et de protection, et enfin, des atouts de l’excellence française en ce domaine, fruit d’un savoir-faire éprouvé des services opérationnels et de leaders technologiques de premier plan, reconnus en Europe et à l’international.

AN2V est devenue membre du CICS en 2017.

Jacques Roujansky – Délégué général du CICS

Share This